L'Heuristique: Journal des étudiants de l'ÉTS

Ce qui devait arriver arriva

Janvier 2017 » Journal étudiant » Par Félix-Antoine Tremblay, étudiant de génie de la construction, non membre de l’AÉÉTS

Image pour Ce qui devait arriver arriva
 
« Information is ammunition »
Photo par Victor van Dijk – Flickr

Lors de l’édition de novembre dernier, je dénonçais les actions du président de l’Association étudiante de l’ÉTS (AÉÉTS), lesquelles visaient notamment à m’empêcher de publier des articles dans L’Heuristique. À l’époque, l’Association n’avait « pas droit de regard en ce qui a trait au contenu »[1] de ses médias. Cependant, le conseil d’administration (CA) de l’AÉÉTS a depuis modifié ses règlement de façon à se doter d’un droit de veto sur le contenu du journal étudiant.

L’AÉÉTS a également interdit à L’Heuristique d’effectuer des dépenses à moins de lui fournir un inventaire matériel; a voté la dissolution du journal dès le 1er février 2017; et a exigé ma démission du poste de rédacteur en chef. De surcroît, lors d’une rencontre avec le directeur de L'Heuristique, des représentants de l’Association ont menacé de saisir le matériel du journal, de fermer son site web, et d’interdire l’utilisation du nom « L’Heuristique » advenant la création d’une entité indépendante. Ceux-ci ont également exigé que le journal cesse de diffuser de l’information quant à leurs démarches sur sa page Facebook.

Plutôt que de résister à ces attaques de la part de l’Association, le directeur de L’Heuristique a unilatéralement choisi de se plier à la ligne éditoriale imposée par l’AÉÉTS, et ce, sans garantie que cette résignation assure la survie du journal. Un tel aplaventrisme est d’autant plus surprenant que celui-ci s’était donné comme objectif, pour l’année 2016, « d’augmenter l’indépendance du journal en le séparant du pouvoir politique exercé par l’AÉÉTS »[2]. Ce souhait était ironiquement justifié par le risque de « censure » et de « destruction du comité » par l’Association.

Malgré mon intention de ne pas céder aux pressions de l’AÉÉTS, et en dépit de l’appui du CA de L’Heuristique à mon endroit, je ne peux me résoudre à écrire au sein d’un journal qui accepte de censurer son contenu. À court d’options, je me vois donc forcé de quitter le journal, après plus de quatre ans à y collaborer.

Sachez donc que lorsque l’Association trafiquera des référendums ou des élections, refusera de respecter les décisions de ses membres, accumulera plus d’un million de dollars en surplus budgétaires, fera de la collusion avec l’ÉTS, ou s'ingérera dans l’administration et le contenu de ses médias, vous ne l’apprendrez pas dans L’Heuristique.

Dans quelques années, espérons que cet épisode fascisant ne soit qu’un mauvais souvenir. En attendant, n’oubliez jamais que tout ce que vous lirez dorénavant dans le journal aura été révisé ou modifié par les censeurs et censeuses de l’AÉÉTS, si le CA de l'Association renverse sa décision de dissoudre L'Heuristique.

[1] Version 1.2.1 des articles V-A-2.2. et V-A-11.2. de la charte de l’AÉÉTS bit.ly/2dWSQuk, bit.ly/2dNsAmS 

[2] Mot du directeur, L’Heuristique, janvier 2016 bit.ly/2iiO7SX