L'Heuristique: Journal des étudiants de l'ÉTS

Pipelines, pouvoir et démocratie

Janvier 2016 » Culture » Par Félix-Antoine Tremblay, étudiant de génie de la construction, chef de pupitre, L’Heuristique

Image pour Pipelines, pouvoir et démocratie
 
Départ de la Marche des Peuples pour la Terre Mère, une marche de 700 km de Cacouna à Kanesatake, 10 mai 2014
Image distribuée pour utilisation médiatique

La première mondiale du documentaire Pipelines, pouvoir et démocratie a eu lieu en novembre dernier, dans le cadre de l’édition 2015 des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM).

Le documentaire, réalisé par Olivier D. Asselin en collaboration avec l’Office national du film du Canada (ONF), met en scène quatre protagonistes : Daniel Breton, ancien ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs; André Bélisle, président de l’association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA); Alyssa Symons-Belanger, militante environnementaliste; et Mikaël Rioux, militant environnementaliste. Le documentaire les suit de l’automne 2012 au printemps 2015.

Cette période marque un moment important des luttes sociales et environnementales au Québec, soit l’inversion de la ligne 9B de la compagnie Enbridge et le lancement du projet de l’oléoduc Énergie Est. Ces deux projets visent à transporter le pétrole des sables bitumineux vers l’est du Canada, mais surtout vers les marchés internationaux.

Le documentaire ne se veut pas scientifique et vise avant tout un public connaissant déjà ce pour quoi ces projets sont néfastes. L’œuvre met plutôt l’accent sur les méthodes pour s’y opposer. La diversité des tactiques y est d’ailleurs beaucoup mise en valeur, car malgré leur collaboration, les personnages usent de stratégies allant des jeux politiques de l’Assemblée nationale, aux coups d’éclat médiatiques, aux actions directes.

En seulement 88 minutes, l’œuvre réussit bien à humaniser les quatre protagonistes et défera probablement certains clichés propagés dans les médias : manifestant(e)s professionnel(le)s, politicien(ne)s malhonnêtes et intéressé(e)s, etc. L’accès privilégié à leur monde permet de mieux comprendre leurs motivations et d’observer leur évolution au fil de leur lutte, c’est certainement une des forces de Pipelines, pouvoir et démocratie.

Olivier D. Asselin a habilement dressé le portrait d’un des spectres du pouvoir politique, celui de la lutte. Le résultat est suffisamment complexe pour satisfaire les militant(e)s, mais également assez accessible pour plaire à leur famille. Le documentaire est arrivé en salle le 4 décembre dernier et l’est resté un peu moins d’un mois. Une tournée québécoise sera annoncée au cours du mois de janvier et il est ensuite prévu que le film soit disponible sur la plateforme en ligne de l’ONF.