L'Heuristique: Journal des étudiants de l'ÉTS

Les fusées, un sujet explosif!

Septembre 2013 » Clubs étudiants » Par RockÉTS

Qui n’a jamais regardé le ciel pour rêvasser de ce que l’univers pourrait nous cacher? Qui ne s’est jamais improvisé capitaine d’un vaisseau spatial dans ses rêves les plus fous à explorer les confins de notre galaxie? Plusieurs questions nous restaient sans réponse quant à l’exploration inter spatial jusqu’à ce que ces deux courageux astronautes, Neil Armstrong et son acolyte Buzz Aldrin se rendent sur la lune. Leur moyen de transport? Une fusée, bien entendu! Bien que celle-ci propulse nos explorateurs afin d’aller sur la lune ou vers des planètes voisines, son utilité ne se limite pas là. Lorsqu’on parle de fusées, on peut penser à des applications comme l’armement, où la fusée peut servir à livrer une charge utile à un endroit précis. Elle peut aussi servir à aller placer un satellite de communication ou encore un satellite-espion en orbite. Récemment, avec toutes ces avancées technologiques dans le domaine de l’aérospatiale, un programme de tourisme a été mis sur pied afin de permettre à monsieur et madame tout le monde de pouvoir vivre une expérience hors de l’ordinaire. L’utilité de la fusée ne s’arrête pas là. Elle est aussi le sujet de nombreuses recherches et études scientifiques qui veulent repousser les limites et les capacités technologiques de celle-ci. Avec ces études et ces recherches, il pourra être plus facile de pouvoir mettre un projet sur pied aussi fou que de coloniser la planète Mars qui comporte supposément de l’eau. Alors, c’est un espoir de pouvoir développer l’humanité sur la planète. Bref, la fuséologie est une science dont l’étude est importante pour approfondir notre connaissance de l’univers et pour d’importants projets futurs.

Une question qui suscite l’intérêt des amateurs de fusées : d’où viennent les premières fusées? On peut remonter aussi loin que le moyen âge oriental et penser au premier peuple chinois qui expérimentait avec des ingrédients explosifs afin d’en faire de la poudre à canon et même des feux d’artifice. Mais ce qui a vraiment amené la fuséologie moderne telle qu’on la connait découle des évènements marquants suivants :

En premier lieu, la signature du traité de Versailles qui a clos la Première Guerre mondiale. Ce traité, qui a empêché les Allemands de développer de l’artillerie à longue portée, les a poussés à développer un intérêt particulier pour les fusées.

Ensuite, étant donné leur nouveau domaine d’exécution, la première étincelle du missile V2 vu le jour. Ce missile fut tellement un succès (plus de 3 000 lancements pendant la Deuxième Guerre mondiale), que les Américains et les Soviétiques s’empressèrent de développer leur propre fusée. La guerre froide s’ensuivit et la course à l’espace prit son essor, ce qui nous mena à l’ère des fusées modernes. Considérant que la fuséologie est une science jugée nouvelle, on peut en conclure que le meilleur est à venir.

Quelques-unes des dernières avancées du domaine sont particulièrement intéressantes, tel qu’un injecteur à moteur de fusée qui a pu être créé par fusion sélective (SLM) et une méthode laser d’impression 3D qui a permis de fabriquer la pièce en quelques semaines à un coût moindre. La méthode précédente prenait cinq fois plus de temps et d’argent.

Il y a également le projet ambitieux SABRE, un moteur qui a pour objectif de transformer un avion standard en un avion qui a la capacité d’aller en orbite autour de la Terre. Cela permet de voyager en un temps minimum jusqu’à la destination terrestre choisie en plus d’aller dans l’espace avec un engin réutilisable. Imaginez un vol orbital direct de Montréal à Sydney en moins de 4,5 heures à un coût abordable! On peut dire que la fuséologie a beaucoup à apporter à notre société!

À l’ÉTS, fière de sa passion, se retrouve le club de fuséonautique RockÉTS. Une équipe qui comporte des membres plus que motivés et qui à leur première année, lors de la 8e compétition mondiale de fusée de l’IREC (Intercollegiate Rocket Engineering Competition) en Utah, a réussi à remporter une deuxième position dans la catégorie des 10 000 pieds.

L’objectif pour cette année est la suite logique du parcours, soit une première position en catégorie 10 000 pieds avec un moteur écologique hybride (ce qui déclasserait l’école Polytechnique, gagnant depuis les deux dernières années) et une première participation à la catégorie 25 000 pieds!

Bref, les projets pour cette année sont ambitieux. Non seulement le club veut développer ses propres moteurs hybrides, mais aussi améliorer la méthode de fabrication des tubes en fibre de carbone pour la fusée, développer un système d’acquisition de données scientifiques, déterminer la déformation des ailettes lors d’un vol à l’aide de jauges de déformation, implanter un système de suivi des données lors du vol et bien d’autres encore. Si vous êtes vous aussi tout aussi passionnés par l’aérospatiale que nos membres, voilà votre chance! Le club est présentement en période de recrutement! Quel que soit votre domaine, mais plus particulièrement le domaine de ÉLÉ et LOG, passez au local A-1764 sur l’heure du midi! Et attendez-vous à une rencontre… plus qu’explosive!

Les filles dans le club RockÉTS n’ont pas froid aux yeux. Les trois et seuls membres féminins sont également, cette année, membres du conseil administratif…On peut dire qu’elles sont bien impliquées dans le club!

- Laurie Marceau, vice-capitaine. [connectez-vous pour voir les adresses courriel]
- Jessica Levesque, vice-capitaine, directrice des communications. [connectez-vous pour voir les adresses courriel]

 
Laurie Marceau, co-auteure
 
 
Jessica Levesque, co-auteure
 
 
Les filles de RockÉTS
Image © Rockets