L'Heuristique: Journal des étudiants de l'ÉTS

Un mur de houblon à l’ÉTS, par le club GéniALE

Mai 2014 » Campus » Par Marie-France Paré, étudiant de génie de la construction, membre du club GéniALE, équipe de communication

Bien implantée dans le futur Quartier de l'innovation, au milieu des anciens locaux de la brasserie Dow, l’ÉTS sera la porte d'entrée de ce quartier en évolution. Jusqu'à présent, l'université n'avait pas profité de l'héritage brassicole du secteur, mais cela est en train de changer.

Alors que le nouveau club scientifique fait ses débuts à l’ÉTS, celui-ci est parvenu à contribuer au campus avec des idées brillantes et étonnantes. Parmi celles-ci, un projet de jardin de houblon disposé sur la façade nord de l’ancien bâtiment de la brasserie Dow. Soumis au comité de verdissement de l’université¹, le projet a aussitôt pris forme.

Saviez-vous qu’au Canada, l’un des ingrédients de base de la bière, le houblon, est aussi utilisé depuis plusieurs siècles à la réalisation de murs « verts »? Les murs « verts » sont constitués de plantes grimpantes et le houblon en est une « [pouvant] atteindre en seulement deux ou trois mois plus de 6 mètres (20 pieds) »². Celui-ci est capable de pousser dans tout climat modéré et même dans un sol pauvre, si deux conditions sont respectées : une quantité de lumière abondante et un sol bien drainé.

Quelle merveilleuse nouvelle pour le club GéniALE, dites-vous? En effet, ses membres pourront effectuer une monoculture³ de houblon; produire une bière de meilleure qualité; et ainsi, offrir plus de choix aux étudiants et étudiantes du Resto-pub Le 100 génies. Cependant, la récolte n’est pas l’objectif premier du projet, puisque la qualité de l’air ne permet pas d’être certain que le houblon est propre à la consommation. Dans les faits, ce projet contribuera au « verdissement et [à l’agriculture] urbaine à Montréal, notamment dans les espaces sous-utilisés »?. Les murs végétalisés « contribuent à réduire le phénomène d’îlots de chaleur urbain[s] au même titre que les toits verts à un coût incomparable »?. De plus, « la croissance rapide de ces espèces permet aussi d’absorber le CO? dans l’air (réduisant l’effet de serre) et de créer un air plus sain ». Pour réaliser ce projet, ces étudiants et étudiantes ont dû pallier une certaine incertitude quant à la durabilité de celui-ci. Avec de judicieux procédés, le club GéniALE a su arrimer l’innovation technologique en milieu brassicole avec la construction d’un milieu de vie plus sain.

Finalement, ce projet devrait voir le jour en 2014. Ne manquez donc pas de jeter un coup d’oeil à la croissance des plants cet été ou lors de votre prochain passage le long de la façade nord du bâtiment.

¹ Le comité de verdissement de l'Université, formé d'étudiants, d’étudiantes, d'employés, d’employées et de responsables administratifs, a pour objectif de verdir le périmètre de l'Université avec la collaboration des différentes parties prenantes du quartier en vue d'améliorer l'aspect visuel et environnemental

² Bouffard, Maxime (2013). « Brève introduction à la culture du houblon au Québec. » Houblon Québec, Coopérative de solidarité. 36 pages

³ La monoculture extensive du houblon est la méthode dite biologique de la culture du plant. Pour accroitre la culture du houblon, il est préférable de nourrir le sol avec de la matière organique et de laisser la plante développer son mécanisme de défense. Cependant, la crainte du producteur commercial succombe aux produits chimiques. De ce fait, il décroît la longévité du plant de houblon. Si celui-ci est bien traité, il peut vivre plusieurs décennies.

? Centre d’écologie urbaine de Montréal et collab. (2013) « Verdir les murs et les toits » Campagne VERDIR; CRE de Montréal. 8 pages

? Guides Perrier (2001). « Murs verts et toits verts: bienfaits de la vigne vierge, du houblon et autres grimpants rustiques ».

<http://www.guideperrier.com/article1314/Murs-verts-et-toits-verts-bienfaits-de-la-vigne-vierge-du-houblon-et-autres-grimpants-rustiques > (page consultée le 7 mars 2014)